Ce leader mondial des grands travaux d’infrastructure a désormais une vision d’ensemble de ses projets grâce à l’intégration des systèmes d’informations financières et non financières.

Étant donné que des milliers d’ingénieurs et de techniciens travaillent sur de vastes projets de génie civil à travers le monde, le suivi des projets de l’entreprise nécessite de croiser les chiffres de l’état financier réel avec les prévisions budgétaires qui dépendent des conditions météorologiques, du prix du carburant et de l’emplacement géographique des bateaux et du matériel.

Comme de nombreux rapports ne présentaient qu’un seul aspect de la situation, l’entreprise n’avait qu’une vision partielle, inexacte et décalée d’au moins 1 mois des nombreux projets conduits en parallèle à travers le monde. Le groupe devait impérativement disposer de mises à jour cohérentes, en temps quasi réel, basées sur des données provenant de sources multiples, car une grande partie de son chiffre d’affaires dépend de ces projets.

dFakto a donc implémenté la dataFactory, une solution qui intègre des données issues des systèmes financiers et des outils de gestion de projet. Les données sont recueillies plusieurs fois par jour et préparées pour les rapports en passant par plusieurs étapes de contrôles qualité et d’enrichissements. Deux rapports A4 standardisés sont ensuite générés pour chaque projet et automatiquement envoyés aux différentes parties prenantes dans le monde. La direction s’en sert pour étudier de manière objective la performance du projet, tant au sein d’un même secteur d’activité que d’un secteur à l’autre.

Le directeur financier du groupe affirme : «Les informations dont la direction disposait provenaient de différents rapports et de systèmes distincts. Elles ne nous en disaient pas assez sur la situation financière et sur l’avancée de nos 450 projets.

Comme la dataFactory centralise les données de nos multiples systèmes et sources, nous avons désormais une vision en temps réel de chaque projet et de notre portefeuille consolidé. Nous identifions les problèmes plus rapidement et sommes en mesure d’agir directement, ce qui nous fait gagner des millions d’euros chaque année. Notre système de reporting est aujourd’hui beaucoup plus flexible et peut s’adapter à nos besoins.»